• Puisque l'actualité est aux anthologies, entre les nouveaux V/H/S et ABCs of Death, le deuxième Theatre Bizarre ou encore Paris I'll Kill You, pourquoi ne pas revenir aux années 80, quand Georges Romero et Stephen King accochaient de Creepshow, un des meilleurs film à sketchs du cinéma d'horreur? 

    C'est donc de ce petit chef d'oeuvre que vient l'extrait ci-dessous. Adapté en bande-dessinée par la suite, Creepshow est aussi un clair hommage aux comics de EC Comics des années 50/60, les oeuvres comme Les Contes de la Crypte, Creepy ou Eerie. Un film à voir absolument, quoi, pour ses maquillages hallucinants signés Tom Savini, son humour noir et son visuel coloré très BD.

    En attendant, voilà donc une vidéo qui, hohoho, donne le cafard. hu-hu-hu. Qu'est c'qu'on s'marre. 

     


    votre commentaire
  • Voilà, ça faisait bien trop longtemps que je n'avais pas posté d'extraits de morts atroces, il est grand temps que j'y remédie avec discipline!

    Promis, et cette fois pour de bon : cette "section" va redevenir plus régulière. Et donc pour cette fois, je vous propose une scène très rapide (quelques secondes) de Frères de Sang 3 (Basket Case 3 en VO) du génial Frank Henenlotter. Certes, ce troisième film a été fait avec la pression des studios et sans forcément la même passion que d'autres de ses oeuvres, mais il reste un divertissement bien barré, et plus généreux au niveau des meurtres que le second. Basket Case ça parle de deux frères siamois séparés quand ils étaient enfants. L'un a apparence humaine, l'autre est d'apparence monstrueuse. Et alors ils commencent par tuer les médecins qui les ont séparés avant de se retrouver dans une famille de monstres. En fait c'est un peu comme une version Z de Freaks, mais dans les années 80 (voir les critiques du [premier], du [deuxième] et du [troisième]). Avec tout ce que ça implique de délires gores super jouissifs. Enjoy! 

     


    votre commentaire
  • Il y'a quelques jours je revoyais Mars Attacks! de Tim Burton (voir [critique]), qui n'a pas pris une ride (malgré ce qu'on voudra dire sur quelques images de synthèse bien ringardes!). Je ne résiste pas à la tentation de revenir sur une scène du film, la mort d'un de ses personnages principaux même. Puisque ça fait un bail que je ne n'ai pas posté de vidéo avec des gens qui meurent! Si vous n'avez toujours pas vu le film, tant pis pour vous, vous avez eu 17 ans pour le faire. C'est que ça ne vous intéressait pas vraiment. Ou bien peut-être que cette scène vous en donnera envie. C'est entièrement en VO, donc avoir quelques bases d'anglais peut servir.

    Pourquoi cette scène est géniale? Tout d'abord parce qu'il y'a Jack Nicholson, qui est immense en président des USA. Sa gestuelle souligne que, malgré les mots qu'il semble choisir avec diplomatie, il s'estime toujours le supérieur des martiens (la Terre est, dans ses mains, bien plus importante que la "petite" Mars), et son discours dégouline d'un optimisme prétentieux. Oui, mais voilà. Les martiens, eux ils s'en foutent. Ils veulent juste tout ziguouiller, ils n'ont pas les mêmes valeurs que nous, savent bien que les terriens ne peuvent rien contre eux, ce qui rend tous les efforts de Nicholson vains. Pourquoi s'allier avec ces misérables humains cupides, arrogants et si faibles? Et puis, il y'a la musique de Danny Elfman sympathiquement ironique : sa composition est censée éveiller le sentiment nationaliste et la fierté des americains. Qui vont se faire dézinguer par des nabots verts ricanants. Hin hin hin!




     


    votre commentaire
  • Avec un peu de retard (enfin, 3 jours, c'est pas un vrai retard!), voici....tadaaa....LA MORT DE LA SEMAINE! Youpie!

    Pour changer, j'ai choisi quelque chose de bien stupide : un extrait de The Gingerdead Man 2 (voir [critique]), un film avec un petit bonhomme en pain d'épices qui tue des gens. Le premier était chiant, mais sa suite assume beaucoup plus son coté bordélique et Z, comme le prouve cette scène d'ouverture où un sorcier chauve sacrifie une vierge rousse pour invoquer des marionettes des enfers. Ouais, le film est aussi con qu'il en a l'air.  

     


    votre commentaire
  • Il y'a quelques jours je vous parlais de Jack Frost (voire [critique]), un film dans lequel un tueur en série se réincarne en bonhomme de neige pour continuer à tuer. Bien entendu, il s'agit d'un gros nanar, très sage au final sur le gore, quasimment tout public...Et puis, il y'a une scène de viol, absolument hallucinante, ce qui le rend vachement moins tout public. Il faut dire que forcément, avec un nez en carotte...Bref. Pour comprendre la scène, il faut juste savoir que Jack Frost peut à loisir passer de l'état de neige à celui de liquide...

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique